La période contemporaine au Havre
1789 à 2018

-400 000 -750 1040 1515 1789 

XVIIIème siècle au Havre

Entre 1789 et 1793, le port du Havre est le deuxième en France, après celui de Nantes. Le commerce triangulaire se poursuit jusqu'à la guerre et l'abolition de la traite. Sous l'Empire, Napoléon Ier vient au Havre et ordonne la construction de forts.

Une chambre de commerce est fondée en 1800 mais, à cause de la guerre contre la Grande-Bretagne et du blocus continental, l'activité du port se réduit et celle des corsaires s'accroît.

Le XIXème siècle au Havre

Plusieurs projets sont menés à bien comme la construction d'une nouvelle bourse et du bassin du commerce dès la première moitié du XIXème siècle.

La révolution industrielle offre au Havre la première drague à vapeur en 1831. Les chantiers de construction navale se développent avec Augustin Normand. Frédéric Sauvage met au point ses premières hélices au Havre en 1833.

L'installation progressive de l'éclairage au gaz à partir de 1835, de l'enlèvement des ordures en 1844 et des égouts dénote un souci de modernisation urbaine.

Le chemin de fer arrive en 1847 et permet de désenclaver Le Havre en reliant la ville à Paris. Un nouvel essor en découle : le transport de passagers par paquebots pour relier les Etats-Unis. De nouveaux quais et bassins en eau profonde vont être construits afin que les navires puissent accoster à n’importe quelle heure de la marée.

Les docks sont construits à la même époque, de même que des magasins généraux. En 1868, le cimetière Saint-Roch est aménagé en square et le journal Le Havre est créé.

Le XIXème siècle au Havre, les années 70'

En 1870, les avant-postes français sont attaqués à Gonfreville l’Orcher et Octeville-sur-mer mais les Prussiens ne rentreront pas au Havre. En 1871, pendant l'occupation prussienne du nord de la France, l'Ecole Supérieure de Commerce du Havre est créée ainsi que la Cité Havraise, près du Rond-Point composée de 77 maisons louées à des ouvriers qui peuvent en devenir à terme propriétaires.

En 1872 est fondé Le Havre Athletic Club (HAC), doyen des clubs français de football et de rugby. La ville compte 86 000 habitants. Cette même année Claude Monet peint au Havre "Impression, soleil levant" qui donnera son nom à l'Impressionnisme. En 1874 est inauguré le premier réseau de tramways hippotractés de France. Les havrais subiront des tempêtes, averses diluviennes puis un ouragan, coïncidence météorologique de pleine mer, de grande marée et de forts vents d'ouest. En 1876, est inauguré le nouveau Palais de Justice Boulevard de Strasbourg. La ville compte 92 000 habitants. En 1879, est ouvert le bureau municipal d'Hygiène, le premier en France. En 1884, les Docks du Havre permettait d'entreposer les marchandises en transit (coton, le café et les épices). En 1894, le réseau de tramways est électrifié.

En 1896, la ville compte 119 500 habitants. A la veille de la Première Guerre mondiale, Le Havre est le premier port européen pour le café ; il importe quelque 250 000 tonnes de coton et 100 000 tonnes de pétrole. Le cabotage européen apporte du bois, de la houille et du blé d'Europe du Nord, du vin et de l'huile de Méditerranée. L'abolition de la traite des Noirs entraîne peu à peu une modification des trafics. Le Havre reste une porte d'entrée pour les marchandises américaines mais aussi un point de passage pour les candidats à l'émigration vers les états-Unis. La ville s’étend toujours plus vers la mer : le boulevard Maritime permet de nouveaux loisirs, la digue Nord ainsi que de nouveaux bassins sont construits.

XXème siècle au Havre

Pendant la première guerre mondiale, Le Havre reprend son rôle de base navale. Les sous-marins allemands torpillent les navires avant leur entrée au port.

En 1928 est inauguré l'escalier roulant (sous le nom d'escalier Hocquart) dont il n'existe alors que deux exemples au monde ; il sera classé monument historique en 1984, époque à laquelle une avarie met fin à son exploitation ; il mesure 170 m de long pour 50 m de dénivelé, et compte 538 marches. En 1932 est inauguré la nouvelle gare de chemin de fer, et les premiers autobus apparaissent.
Le Havre en 1935 Le Havre en 1938

Pendant la Seconde Guerre mondiale, fin mai 1940, les Havrais fuient la ville abandonnant leurs biens sur les quais pour embarquer sur les navires encore disponibles, sans même savoir où ils vont. Les Allemands occupent Le Havre à partir du printemps 1940 et implantent une base navale dans le cadre de la préparation de l'invasion du Royaume-Uni, aménagent des casemates, blockhaus et batteries d'artillerie intégrées au mur de l'Atlantique.

En septembre 1944 au Havre, le premier corps britannique encercle la ville marquant le début d'un siège qui durera 12 jours. La population devient l'otage d'un bras de fer psychologique entre les allemands et les alliés. Le général allemand Wildermuth propose aux anglais d'évacuer les civils havrais avant la bataille.
Interview de Burkhardt Wildermuth

Cependant, le général britannique John Crocker pense qu'il s'agit d'une ruse pour gagner du temps et choisi de bombarder massivement le centre ville du Havre. Des milliers de tonnes de bombes sont déversées sur la ville les 5 et 6 septembre 1944 lorsque les 300 avions anglais bombardent le centre-ville et le port pour affaiblir l'occupant dans le cadre de l'Opération Astonia. La ville sera rasée, touchant de plein fouet la population ayant choisi de rester au Havre mais laissant les positions allemandes intactes. Les nazis ont même détruit eux-mêmes le port et coulé les navires afin de ne laisser aucune structure stratégique aux anglais.

Pour libérer la ville, il faudra une attaque terrestre des anglais qui seront accueillis froidement par les civils havrais survivants. Le Havre aura subit 132 bombardements planifiés par les Alliés au cours de la guerre.

Le bilan des bombardements est lourd : 5 000 morts (dont 1 770 en 1944), 75 000 à 80 000 sinistrés, 150 hectares rasés, 12 500 immeubles détruits. Le port est également dévasté et quelque 350 épaves gisent au fond de l'eau. Le Havre sera libéré par les troupes alliées le 12 septembre 1944. Le Général De Gaulle visite Le Havre le 7 octobre 1944.
Ci-gît Le Havre

Le 2 mars 1945, Le Havre est presque rasé. Ironie de l'histoire, seul le monument aux morts dédié aux 6000 havrais morts pour la France pendant la Première Guerre Mondiale est resté intact en centre ville. Les habitations en briques datant du XIXème siècle et de la première moitié du XXème à l'est et au nord du centre-ville sont épargnés par les bombardements (Danton, Saint-Vincent, Graville, Massillon, etc.). Le reste du Havre n'est plus qu'un tas de gravats.

Des cimetières improvisés ont été creusés dans la ville, notamment au Square Saint-Roch. En attendant la reconstruction, le port a recommencé à fonctionner. Au printemps 1945, le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme confie le projet de reconstruction du centre-ville du Havre à l'atelier Perret. Il souhaite faire table rase des anciennes structures et appliquer les théories du classicisme structurel. Le matériau retenu pour l'édification des bâtiments est le béton et le plan général est une trame orthogonale. Le chantier durera 19 ans.
Le Havre, ville bombardée Chronique d'une libération

En 1947, les tramways de la ligne 8 (Cimetière - Sainte-Cécile) sont remplacés par des trolleybus. En 1949, le président de la République Vincent Auriol vient visiter le paquebot "Ile de France" au Havre avec le traditionnel cortège présidentiel. La ville recevra la Légion d'honneur le 18 juillet pour "L'héroïsme avec lequel elle a supporté ses destructions". En 1950, premier départ du paquebot Liberté.
Paquebot "Normandie" Paquebot "Ile de France"

Le tunnel Jenner ouvre en 1956 puis le Pont de Tancarville en 1959. Officiellement, la reconstruction du Havre s'achève au milieu des années 1960. Le musée d'art moderne et la première maison de la culture du pays sont inaugurées en 1961 par André Malraux. En 1961, 150 000 personnes accueillent au Havre le paquebot France, qui a quitté les chantiers de Saint-Nazaire deux jours plus tôt. Le voyage inaugural du paquebot France aura lieu en 1962.
Paquebot "France"

La construction des villes en France est en plein essor. La reconstruction du Havre par l'architecte Auguste Perret se termine en 1964 avec une ville équilibrée et moderne tout en béton armé.
Maquette du Havre

Le 6 février 1974, le port du Havre n'a jamais connu un trafic aussi important. Il est l'un des principaux ports en Europe.
Interview de Pierre Bastard

XXème siècle au Havre, fin de siècle

En 1982, l'architecte brésilien Oscar Niemeyer réalise en centre-ville la Maison de la Culture du Havre surnommée aujourd'hui "le Volcan". La première Maison de la Culture de France située au musée André Malraux y est transférée en 1982.

En 1989, la ville du Havre présente à l'occasion de l'édition d'une plaquette, l'architecture particulière de la ville.
Interview de René Lahousse

En 1995, l'architecte Charles Lavigne ouvre le pont de Normandie, au pied duquel s'étend une réserve naturelle dotée notamment d'une roselière. Le pont de Normandie relie Le Havre à Honfleur, et détient le record mondial de portée pour les ponts à haubans lors de son inauguration. Il fait aujourd'hui figure de référence.
Interview de Jean Pierre Bonon

Le Havre est classé station balnéaire en 1999.

En 2000, les Docks Océane du Quai Frissard sont tranformés en une salle de sport et de spectacles et les Docks Café en un parc des expositions.

En 2005, Le Havre est inscrit au patrimoine de l'UNESCO alors que la Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI), signée par le cabinet d'architecture Dottelonde & Associés s'installe quai Frissard.
L'architecture Perret
Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI)
Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI)

Port 2000 est inauguré le 30 mars 2006. Ce projet lancé 9 ans plus tôt permet dès lors de supprimer la contrainte de marée et ainsi accueillir les plus gros porte-conteneurs de dernière génération. Le Havre devient ainsi l'un des cinq premiers ports européens.

En 2008 est ouvert le complexe aquatique des bains des docks du Havre conçu dans l'esprit des thermes romains par l'architecte Jean Nouvel. De nombreuses activités sont proposées sur une surface de plus de 5000 m² : sauna, hammam, fitness, espace détente, balnéo, un bassin de 50 mètres à l'extérieur et de nombreux bassins ludiques dans un environnement épuré et design.

En 2009, les architectes Bernard Reichen et Philippe Robert convertissent les Docks Vauban en un centre commercial de 55 600 m² avec 50 commerces.
Les Docks
Les docks Vauban en 2016

Le tramway fait son grand retour lors de l'inauguration le 12/12/2012 à 12h12.

Pour les 500 ans de sa fondation, Le Havre créé l'événement en organisant une grande fête populaire intitulée Un été au Havre rythmée par 16 événements répartis sur 26 lieux, du 27 mai au 5 novembre 2017.

-400 000 -750 1040 1515 1789 
Partager sur facebook
© Le Havre Regards 2018